J’abandonne une partie de moi que j’adapte / Justine Lequette

«Prix de la critique francophone belge 2018, meilleure découverte » « Est-ce que vous êtes heureux ? », « Comment vis-tu ? », « Comment tu te débrouilles avec la vie ? ». C’est à partir de ces questions, posées en 1960 par Jean Rouch et Edgar Morin dans le film Chronique d’un été que le spectacle se construit. En s’inspirant de la liberté que dégagent Rouch et Morin lorsqu’ils réalisent leur film, les 4 comédiens s’amusent sérieusement à en rejouer quelques scènes, afin de mettre en dialogue ces mots d’hier avec ceux de notre société contemporaine. Qu’en est-il aujourd’hui de la question du bonheur ? Comment a évolué notre rapport à lui ? Quels sont les lieux de son accomplissement ? Comment vit-on ? Quel impact le travail a-t-il sur notre vie quotidienne ? Comment nos vies sont-elles aliénées ? Nos vies privées, de quoi sont-elles privées ? Comment est-ce qu’on « gagne sa vie » ? Par des glissements entre théâtre documentaire, extraits de textes dramatiques contemporains et écriture de plateau, ils cheminent d’une époque à l’autre pour tenter de redonner à la question du bonheur toute sa beauté et sa vitalité. Parce que se réapproprier cette question, la repolitiser, c’est commencer à penser: de quel projet d’émancipation sommes-nous porteurs ? DISTRIBUTION Un projet initié et mis en

Le contraire de un / Rémi Faure

« Il y a un espace entre toi et moi. Cet espace, ici, qui nous sépare et qui nous permet d’interagir, de quoi est-il constitué ? Il y a peut-être de l’ennui, de l’amour, de l’intérêt, du jugement, du désir, de la colère, un ensemble complexe, ou tout autre chose. Mais il n’y a pas RIEN. » Pour interroger ce qui les unit l’un à l’autre, deux hommes sur un plateau nu se retournent sur l’histoire de l’humanité. Ils re-visitent les mythes et récits qui ont fondé notre société occidentale à travers une expérience visuelle et musicale live. Entre dérision de la réalité, absurde de situation, danse et performance, ces deux corps sculptent l’espace comme ils sculptent les mots pour questionner le sens politique et poétique de l’être-ensemble. Deux hommes c’est le contraire de un, l’allégorie d’une société potentielle. Deux hommes, c’est le début du chaos mais aussi le début d’un avenir possible. DISTRIBUTION Mise en scène et création sonore Rémi Faure Écriture collective Avec Panos Roussis, Nicolas Bruno Assistante à la mise en scène Justine Lequette Projet issu de Solo Carte Blanche de l’ESACT Chargée de production Catherine Hance Avec le soutien de La Chaufferie-Acte1 Remerciements  L’ESACT, Le Festival de